Publication du bulletin mensuel d'information de l'INED "Mourir chez soi : un souhait majoritaire mais une situation peu fréquente"

L'INED publie en juillet un nouveau numéro dans la collection Population & Sociétés

Publié le 15 juillet 2015


Mourir chez soi : un souhait majoritaire mais une situation peu fréquente
numéro 524 - Juillet-août 2015 - Population & Sociétés - Bulletin mensuel d'information de l'Institut national d'études démographiques

La majorité des personnes souhaitent mourir chez elles, mais un quart seulement le font. S'appuyant sur l'enquête « Fin de vie en France », Sophie Pennec et ses collègues décrivent les lieux de vie au cours du mois précédant le décès et examinent les transferts entre domicile, institution et hôpital, afin de mieux comprendre pourquoi le maintien à domicile est finalement peu fréquent à ce dernier stade de l'existence.

L'enquête « Fin de vie en France » permet de retracer le parcours résidentiel et médical avant le décès. Quatre semaines avant leur décès, 45% des personnes vivent à domicile en cas de décès non soudain, mais le jour du décès elles ne sont plus que 18% dans ce cas.
Quitter son domicile pour entrer à l'hôpital et y décéder est le parcours le plus fréquent (30%), passer l'ensemble du dernier mois de l'existence chez soi l'est deux fois moins (14%). Le départ de l'hôpital pour regagner son domicile est beaucoup plus rare (2%).

Famille et amis sont plus souvent présents au moment du décès lorsqu'il a lieu à domicile plutôt qu'à l'hôpital : à domicile, les proches sont les seuls présents dans 44% des cas, et ils sont assistés de professionnels dans 26% des cas, contre respectivement 26% et 7% en cas de transfert à l'hôpital.
Décéder à domicile en la seule présence de soignants est très rare (5%) alors qu'un décès sur deux survient dans ces circonstances à l'hôpital.
Enfin, on meurt plus souvent sans témoin à domicile : c'est le cas pour 21% des personnes contre seulement 7% lorsque le décès a lieu à l'hôpital.

La complexité des soins rend souvent le maintien à domicile impossible, ce qui motive le transfert à l'hôpital. C'est de fait la raison la plus souvent évoquée pour justifier le non-respect du souhait de certains patients de décéder chez eux.

Pour plus d'informations sur ce mensuel

Ce numéro est téléchargeable sur le site de l'INED, en

  • http://www.ined.fr/fr/publications/population-et-societes/mourir-chez-soi/


Références du numéro

  • Population & Sociétés
  • Mourir chez soi : un souhait majoritaire mais une situation peu fréquente
  • Sophie Pennec*, Joëlle Gaymu*, Françoise Riou**, Elisabeth Morand*,
  • Silvia Pontone***, Régis Aubry****, Chantal Cases*
  • 524, juillet-août 2015
  • n° ISSN 0184 77 83

* Institut national d'études démographiques.
** Hôpital universitaire de Rennes -Pontchaillou.
*** Hôpital universitaire Robert Debré, APHP, Paris et Ined.
**** Hôpital universitaire de Besançon - Jean Minjoz.


Actualité des aidants et aidés



Toute l'actualité des aidants et aidés, produits, services, associations, initiatives ...

Demande de devis gratuit et sans engagement


FERMER