Salarié-aidant : Evaluer notre situation d'aidant pour demander un aménagement de nos horaires de travail

Voici le premier d’une série de 6 articles destinés à des salariés aidants pour les aider à mieux concilier vie professionnelle et vie d’aidant. Ce premier article aborde la réflexion à mener par le salarié-aidant lui-même sur les options qui lui seraient les plus adaptées pour concilier sa vie professionnelle et son rôle d’aidant. Les 5 articles suivants aborderont successivement : comment définir l'arrangement de travail que nous souhaitons compte tenu des accords existants sur l'aménagement des heures de travail et sur le télétravail ; comment écrire les points positifs pour l'entreprise et pour le salarié-aidant ; comment lister les éléments qui peuvent favoriser l'acceptation de notre proposition par l'entreprise ; comment formuler par écrit notre proposition ; et enfin comment préparer la réunion avec le chef direct ou sa hiérarchie.

Publié le 03 septembre 2014

A - Définir nos besoins de flexibilité pour notre travail en entreprise

C'est à nous de réfléchir aux options qui seront les plus adaptées à notre situation. Voici quelques questions générales à se poser :

1. Est-ce que mon poste est compatible avec un aménagement des horaires de travail ou de jours de présence au bureau ?

2. Quel type de flexibilité serait adapté à ma situation, et pourquoi ?

3. Est-ce que l'aménagement de mes horaires serait absolument nécessaire ou souhaitable (possibilité de choisir l'heure d'arrivée, ou l'heure de départ) ?

4. Est-ce que cet aménagement d'horaires serait fixe tous les jours, ou doit-il pouvoir aussi être modifié selon les jours ?

5. Est-ce que le télétravail serait une possibilité importante ? Si oui, combien de jours par semaine ?

6. Est-ce que je souhaite travailler plus d'heures par jour, et avoir un jour entièrement libre par semaine, ou plusieurs par mois ?

7. Est-ce que j'ai besoin de réduire le nombre d'heures de travail certaines semaines, ou certains mois durant une année ?


Il y a de nombreuses options de flexibilité qui existent déjà selon les entreprises. Ce n'est pas parce que notre entreprise ne prévoit pas telle ou telle option qu'il ne faut pas proposer une option qui nous conviendrait parfaitement, et de l'expérimenter au sein de notre entreprise. C'est à nous de prendre l'initiative de réfléchir et de définir les options de flexibilité qui seraient les plus adaptées à notre situation, et sa possible évolution dans les mois ou l'année qui viennent.


B - Réfléchir à nos habitudes de travail et le poste que nous avons

La flexibilité des horaires de travail et/ou le télétravail ne sont pas toujours adaptés à tous les postes. En définissant les options qui nous conviendraient le mieux, il faut réfléchir en même temps si telle ou telle option est réellement jouable. Par exemple, si nous demandons d'aménager nos heures d'arrivée et de départ, par exemple arriver dès 7H30 du matin, nous devons être sûr que nous pourrons respecter parfaitement cet horaire. S'il y a des incertitudes (en raison des encombrements, ou bien à cause des transports en commun, ou parce qu'il y a la dépose d'un enfant à l'école ou à la crèche), la demande d'un aménagement d'horaires peut ne pas être la bonne solution dans votre cas. Si notre demande est de pouvoir travailler depuis notre domicile, il nous faut réfléchir si nous sommes quelqu'un qui peut facilement se mettre au travail de lui-même, si nous sommes habitué à prendre des initiatives, si nous savons travailler de manière indépendante, respecter impérativement les délais, et si nous serons capable de « résister » aux multiples distractions liées au fait de travailler depuis chez noud. C'est important de bien réfléchir à ses habitudes de travail et ses propres forces/faiblesses, afin de choisir l'option ou les options de flexibilité les plus adaptées à son propre caractère et la situation. Le risque couru, en choisissant des options qui ne nous correspondraient pas, c'est de ne pas arriver à faire ce que nous avions dit être capable de faire, et risquer alors d'amener notre hiérarchie à arrêter ces aménagements particuliers faits pour nous.


C - Réfléchir dans le plus grand détail possible les options de flexibilité que nous souhaiterions

Il y a énormément de facteurs personnels à prendre en considération pour chaque option de flexibilité, et nous seul pouvons y réfléchir, peser le pour et le contre. Par exemple, si l'option télétravail semble une bonne possibilité, avons-nous à notre domicile l'espace dédié pour pouvoir nous isoler et travailler ? Est-ce que nous pourrons accéder aux fichiers et espaces Intranet de notre entreprise ? Quelles sécurités sur les données seront à mettre en place si nous travaillons depuis notre domicile ? Si notre demande porte sur une arrivée très tôt le matin, est-ce que notre propre entreprise permet l'accès aussi tôt le matin ? Même chose si nous choisissons au contraire une heure de départ extrêmement tardive le soir. Quels transports en commun, si nous prenons les transports en commun, sont faciles à prendre à ces heures ? Que se passe-t'il si nous manquons un train ou un bus ? Réfléchir dans le moindre détail est impératif. Et réfléchir sur d'autres options dès le démarrage peut être une bonne chose, car il peut être approprié que nous proposions à notre hiérarchie une « période d'essai » liée à la mise en place de ces options de flexibilité qui nous semble le mieux répondre à nos besoins actuels.


Robert Salaison, aidant


Aidant salarié



Pas évident de devoir aider au quotidien un proche et de rester mobilisé à 100% dans son activité professionnelle. De plus en plus d'entreprises prennent conscience de ce challenge des salariés aidants et proposent des dispositifs d'accompagnement.


FERMER