Un panneau qui accueille les salariés-aidants lundi 6 octobre

Le 6 octobre, Journée nationale des aidants, 4 millions de salariés qui concilient vie professionnelle et vie d’aidant se rendront à leur entreprise. C’est la bonne occasion pour les entreprises de les accueillir en les saluant et de favoriser leur prise de parole.

Publié le 05 octobre 2014
Un panneau qui accueille les salariés-aidants lundi 6 octobre

Demain, 6 octobre, ce sera un lundi et 4 millions de salariés iront travailler à leur entreprise avec en tête le proche dont ils prennent soin, que ce soit en raison d'une maladie chronique, que ce soit en raison d'un handicap ou en raison de dépendance liée à l'âge. Combien parmi ces 4 millions de salariés-aidants ont déjà fait le pas de dire dans leur entreprise qu'ils sont « aidants » ? 1 sur 10 ? 2 sur 10 ?

La Journée nationale des aidants est une bonne chose, elle a le mérite d'exister et de pouvoir sensibiliser l'ensemble des Français sur les 8,3 millions d'aidants, ce qu'ils font au quotidien, pourquoi ils « méritent » en effet une reconnaissance de ce qu'ils font. Maintenant, pour une entreprise, « reconnaitre » ses propres aidants, c'est quelque chose que toutes peuvent très bien faire. 15% des salariés en moyenne sont aidants dans les entreprises, et tout le monde s'attend à ce que ce chiffre monte à 20% dans les prochaines années.



« J'ai le « droit » d'être aidant, j'ai le droit d'en parler »

A une conférence tenue vendredi, la représentante du Crédit Agricole Assurances disait que son entreprise ferait le 6 octobre une réunion destinée aux salariés avec comme thème « Comment parler de sa situation (d'aidant) dans son entreprise ». Ce thème tombe à pic, et je suppose qu'il a été choisi justement à dessein le jour de la Journée nationale des aidants.

Cette représentante a dit aussi que ces réunions de sensibilisation d'une heure, à l'heure du déjeuner, que le Crédit Agricole Assurances fait une fois par trimestre commençait à libérer la parole des salariés-aidants. Pas un raz de marée, mais une libération peu à peu.

Un peu comme si ces réunions et les actions mises en œuvre par différentes entreprises pionnières comme le Crédit Agricole amenaient progressivement les salariés-aidants à se dire « j'ai le « droit » d'être aidant, j'ai le droit d'en parler ».

Ce qui est certain pour tous ceux qui l'ont expérimenté, pouvoir en parler ouvertement au sein de son entreprise sans suspicion ou crainte de discrimination apporte un réel soulagement.

Plus les expériences d'aides aux aidants se multiplieront, et tout particulièrement les expériences d'aménagement de leurs modalités de travail qui est la première demande des aidants, plus ces expériences seront relayées par les médias, plus les salariés-aidants se sentiront à l'aise pour parler et apporteront leurs propres idées dans le but de concilier le moins mal possible leur vie professionnelle et leur vie d'aidant.



Ca bouge dans les entreprises!

Il y a de nombreuses entreprises pionnières sur les salariés-aidants. Pour ne citer que quelques unes comme Casino, Novartis, Danone, Bayard, CréditAgricole donc, EDF, La Poste, Gaz de France-Suez, MACIF, cette liste montre bien que les choses commencent à bouger.

Aux salariés-aidants d'être partie prenante eux-mêmes des améliorations qui viendront. Une directrice de ressources humaines disait récemment : « Dans les années1980, on s'est battues pour faire reconnaitre un droit de flexibilité aux mères de famille salariées en entreprise. Il a fallu des années et des années pour que ce droit soit reconnu et acté. C'est la même chose maintenant, il faut se battre pour faire reconnaitre le droit à la flexibilité des salariés-aidants ».



Un panneau qui accueille les salariés-aidants lundi 6 octobre

Une bonne manière de saluer le 6 octobre ses collaborateurs aidants, et de sensibiliser le reste des autres collaborateurs à cette nouvelle « norme » des salariés-aidants qui s'impose aux entreprises, c'est de mettre un panneau dans le hall d'entrée avec l'affiche de la Journée nationale des aidants, ou avec un mot écrit en grand qui dise juste : « Aujourd'hui, nous saluons tous ceux d'entre vous qui êtes « aidants », ainsi que le proche dont vous prenez soin ».



Robert S, aidant


Aidant salarié



Pas évident de devoir aider au quotidien un proche et de rester mobilisé à 100% dans son activité professionnelle. De plus en plus d'entreprises prennent conscience de ce challenge des salariés aidants et proposent des dispositifs d'accompagnement.


FERMER