Autisme : le gouvernement a décidé la mise à mort des écoles ABA

L'association "Vaincre l'Autisme" résiste à la pression : la parole est donnée à son président M’Hammed Sajidi.

Publié le 24 mars 2015
Autisme : le gouvernement a décidé la mise à mort des écoles ABA


Naissance des écoles ABA pilotes FuturoSchool

VAINCRE L'AUTISME, association novatrice et avant-gardiste, a créé les écoles ABA « FuturoSchool » !
Ce projet a été mis en place en 2004, alternative à la prise en charge inadaptée pour les enfants autistes en France. Grâce au militantisme et à la ténacité de l'association, le 2ème plan autisme 2008-2010 a inclus la mesure 29 permettant l'expérimentation de prises en charge basées sur des méthodes, telles que l'ABA. Des méthodes encore peu connues en France mais dont l'efficacité était déjà reconnue à l'étranger et demandées par les familles.

C'est grâce à FuturoSchool, qui applique une prise en charge éducative et comportementale, que VAINCRE L'AUTISME a fait émerger l'ABA en France.

De l'incompréhension à l'épuisement

En tant qu'« école du futur », FuturoSchool est avant tout une structure éducative, non médicalisée, prenant en charge des élèves et non des malades. Il ne s'agit pas d'IME ou de SESSAD mais d'unités d'intervention de proximité.

Malheureusement, les structures expérimentales furent intégrées dans le cadre du secteur médico-social, seul moyen « dit-on » pour le gouvernement de financer cette démarche. Ces écoles ABA sont, donc, condamnées à subir le système sans que des directives claires ne soient données aux Agences Régionales de Santé générant des incompréhensions.

Le gouvernement, après plus de 5 ans d'épuisement des associations porteuses d'innovation par ses administrations, planifie aujourd'hui d'en finir avec l'ABA, et programme la mise à mort des écoles ABA malgré les résultats probants du développement des enfants et l'amélioration de la qualité de vie des familles.

VAINCRE L'AUTISME persiste et signe : les règles du secteur médico-social ne sont pas adaptées à une prise en charge de qualité en matière d'autisme.

Depuis l'arrivée de ce gouvernement au pouvoir, VAINCRE L'AUTISME subit pression et discriminations constantes car elle résiste à l'enfermement des FuturoSchool, en tant qu'écoles ABA, dans un système qui va les paralyser et anéantir la qualité de leur prise en charge.

VAINCRE L'AUTISME, soucieuse de pérenniser sa prise en charge de qualité, rappelle que l'innovation est nécessaire. Il faut souligner que l'expérimentation avait, outre une logique d'amélioration de la qualité de l'accompagnement global de l'autisme et de la qualité de vie de l'enfant et sa famille, une logique d'innovation vis-à-vis du droit commun.
Ainsi VAINCRE L'AUTISME demande la mise en place d'un cadre juridique adapté aux écoles ABA.

Les prises en charge adaptées en danger

Le gouvernement choisit clairement de cloisonner et de maintenir l'institutionnalisation de l'autisme. C'est ainsi que des pratiques comme le Packing perdurent et sont encore financées par les pouvoirs publics.

Après un début d'avancée enclenchée par le 2ème Plan autisme (2008-2010) avec l'expérimentation des prises en charge éducatives et comportementales reconnues et appliquées dans le monde entier, le gouvernement décide de faire marche arrière et de renforcer « l'existant », incompétent en la matière, à savoir les hôpitaux de jour, les CAMPS (Centre d'Action Médico-Sociale Précoce) et les CMPP (Centres Médico Psycho Pédagogiques).

Le gouvernement s'est laissé mener par les tenants du système, sans entendre les familles qui réclamaient un réel changement.

En effet, un réel recul de la part des politiques, et notamment un retour en arrière concernant la pérennisation et le développement des structures innovantes dites « expérimentales », s'est opéré au profit des associations gestionnaires du médico-social et de la psychiatrie française (véritables détracteurs de l'ABA et des prises en charge éducatives et comportementales). Le gouvernement a annoncé clairement sa politique « de ne plus financer des structures innovantes ou expérimentales, mais se consacre à améliorer les structures existantes ».

L'espoir des familles laisse place à la colère

Dans les faits, sans réponse adaptée de la part du système français, les familles n'ont d'autre choix que d'essayer de s'en sortir par elles-mêmes, de se battre pour mettre en place les prises en charge adaptées et reconnues. Mais elles se heurtent sans cesse aux lenteurs d'autorisation de mise en place des structures, à la nécessité de répondre aux exigences d'un système dépassé et insensé, aux pleins pouvoirs d'administrations qui ne connaissent et ne reconnaissent que « l'existant », aussi misérable soit-il...

C'est encore ce système paradoxal qui se fait fort de financer le développement de structures en Belgique, pour l'accueil des personnes autistes françaises. Quand en France, il faut 8 à 10 ans pour obtenir les autorisations de financement, cela se fait en quelques mois en Belgique... par les mêmes instances françaises !

« AUTIS-ACT» parce que la situation l'exige !

En réaction aux pressions, aux intimidations et aux discriminations du gouvernement, pour se défendre et mettre fin à cette situation intolérable, VAINCRE L'AUTISME a décidé d'agir.
Elle remet ainsi en selle sa campagne AUTIS-ACT, 15 jours d'action pour vaincre l'autisme du 28 mars au 11 avril 2015 et revendique, POUR TOUS,

  • une prise en charge adaptée, éducative et comportementale, efficace !
  • Le financement des prises en charge choisies par les parents !
  • Et la scolarisation effective des enfants autistes dans un environnement professionnel compétent !


Cette campagne « AUTIS-ACT » intègre, entre autre, les événements suivants :

  • LA MARCHE DE L'ESPERANCE le 28 mars de 14h00 à 16h00
    De l'Hôtel de Ville de Paris à l'Assemblée Nationale

  • SIT-IN le jeudi 2 avril devant le ministère de la santé à 11h00
    Journée mondiale de sensibilisation à l'autisme

  • JOURNEE PORTE OUVERTE le 2 avril à FuturoSchool TOULOUSE

  • INTERDIT POUR CAUSE D'AUTISME
    Une pétition nationale pour la scolarisation de TOUS les enfants


M'Hammed Sajidi
Président



Santé



Comment aider une personne ayant des problèmes de santé? Comme se faire aider quand on est aidant au quotidien d'une personne ayant des problèmes de santé : un espace de partage d'expériences et de pistes pour accéder à des ressources utiles

Demande de devis gratuit et sans engagement


FERMER